Actualités Bauxaline® Technologies

2 janvier 2019

Meilleurs voeux d’Alteo


25 juin 2019

Des échanges constructifs entre le CSIRM et Alteo autour des résultats de la campagne en mer

Des moyens exceptionnels étaient mobilisés par Alteo en 2016 et 2017 pour la campagne de suivi du rejet en mer et visaient deux objectifs :

  • Répondre aux interrogations sur l’impact écologique et sanitaire du rejet liquide d’Alteo
  • Poursuivre l’acquisition des connaissances accumulées depuis 25 ans sur le comportement des sédiments déposés.

Le CSIRM  , s’est réuni en séance plénière le 11 février 2019 et le 4 avril 2019 et fournit un AVIS sur le « Bilan Intermédiaire 2017-V2 », portant sur les suivis de l’impact des rejets de l’usine de Gardanne sur le milieu marin réalisés par ALTEO.

« Les experts du CSIRM   apprécient unanimement l’effort d’ALTEO et reconnaissent l’ampleur et, globalement, la qualité du suivi réalisé, en accord avec les objectifs qui lui ont été fixés, ainsi que la valeur de la synthèse globale des résultats ; l’ensemble a permis de répondre aux questionnements posés par l’arrêté préfectoral du 28 décembre 2015. » Source CSIRM   du 20/05/2019.

« Au regard des demandes de suivis et d’analyses formulées par le préfet, les résultats fournis par ALTEO permettent [au CSIRM  ] de se prononcer sur l’impact du rejet sur le milieu marin, ainsi que de répondre aux quatre objectifs fixés par l’arrêté préfectoral du 28 décembre 2015 :

I. Étudier le devenir de l’effluent liquide résiduel dans le milieu marin ;

II. Évaluer l’impact du rejet liquide résiduel sur la qualité de la colonne d’eau ;

III. Suivre l’évolution de la contamination métallique des poissons pêchés dans la zone d’influence du rejet et réaliser une évaluation du risque sanitaire lié à leur consommation ;

IV. Apprécier l’évolution spatiale et temporelle de l’emprise du dépôt de résidus de bauxite et de ses impacts. »

Consultez ci-contre l’avis intégral du CSIRM  .

Alteo, assisté par un cabinet spécialisé en environnement, s’est entouré des meilleurs experts et a mobilisé des moyens financiers exceptionnels (1,9 million d’euros), pour des résultats qui vont enrichir également les connaissances de la communauté scientifique.



13 juin 2019

Objectifs de qualité de l’eau atteints avec la nouvelle station de traitement par neutralisation au CO2

JPEG - 2.6 Mo

La nouvelle station de traitement de l’eau par injection de CO2 a démarré au 1er trimestre 2019 comme prévu. En moins de 4 ans, ce procédé innovant, unique au monde, a été validé à Gardanne en conditions réelles et la station industrielle a vu le jour.

La neutralisation au CO2 a un effet très positif sur l’abattement de l’aluminium (99,75%), de l’arsenic (97,6%) et du fer (99,99%), ce qui permet d’atteindre les objectifs de qualité de l’eau avant rejet en mer. Grâce à cette station de traitement, Alteo atteint en 2019, 2 ans avant l’échéance initiale de 2021, les normes de qualité concernant le pH   et les concentrations métalliques dans les rejets liquides (fixées par l’autorisation d’exploitation du site de Gardanne du 28 décembre 2015).

Cette solution est doublement vertueuse car elle permet d’épurer les eaux excédentaires en consommant environ 6 000 tonnes de CO2 par an qui ne sont ainsi pas émis dans l’atmosphère.


Comment ça marche ?

Le dioxyde de carbone (CO2) est injecté dans l’effluent sur une boucle de recirculation reliée à un bac de neutralisation. Cette technologie permet de neutraliser la soude et de précipiter les métaux dissous pour les séparer. Puis la matière solide est séparée du liquide épuré dans un décanteur de 21m de diamètre. La station traite un débit de 300 m3/h.



8 mai 2019

Complément à l’étude d’impact de l’usine de Gardanne du Dossier de demande d’autorisation d’exploiter de 2014 (DDAE)

L’arrêt définitif de tout rejet de boues rouges en mer en 2015 a conduit Alteo à mettre en œuvre des solutions innovantes de traitement. Cette amélioration environnementale significative a fait l’objet d’une enquête publique en 2015.

Le tribunal administratif de Marseille a souhaité qu’elle soit complétée par une étude des impacts cumulés entre l’usine de Gardanne et le site de stockage de Mange Garri. Ce complément d’étude fait l’objet d’une enquête publique, du 6 mai au 7 juin, dans 27 communes*.

Pour plus d’informations, l’intégralité du dossier est à votre disposition sur le site de la Préfecture (lien ci-contre).

*Aix-en-Provence, Allauch, Aubagne, Auriol, Belcodène, Bouc-Bel-Air, Cadolive, Carnoux-en-Provence, Cassis, Ceyreste, Fuveau, Gardanne, Gemenos, Gréasque, La Bouilladisse, La Ciotat, La Destrousse, La Penne-sur-Huveaune, Marseille, Meyreuil, Mimet, Peynier, Peypin, Roquefort- la-Bédoule, Roquevaire, Saint-Savournin et Simiane-Collongue.

Le dépliant téléchargeable ci-contre résume les réponses aux questions suivantes :

  • L’augmentation du volume annuel de stockage des résidus de bauxite à Mange Garri a-t -il un impact pour les riverains ?
  • Les émissions de poussières des sites de Gardanne et de Mange Garri ont-elles un effet cumulé sur la qualité de l’air ?
  • Les concentrations de poussières autour des deux sites d’exploitation respectent-t-elles les normes ?
  • L’augmentation du stockage de résidus de bauxite à Mange Garri présente-t-il des risques sanitaires ?

Cette étude démontre clairement qu’il n’y a pas de danger ni d’inconvénient cumulé entre les deux
activités.



25 mars 2019

Avec l’inauguration de deux nouvelles installations sur son site de Gardanne, Alteo réaffirme sa position de leader mondial des alumines de spécialité et de précurseur en matière d’écologie industrielle pour une croissance durable

JPEG - 295.6 ko

Vendredi 22 mars 2019 à Gardanne, Alteo inaugure une nouvelle unité de production d’alumine « haute pureté » et la mise en service de sa nouvelle station de traitement des eaux résiduelles par injection de C02. Deux installations qui visent, pour l’une à assurer le développement industriel d’Alteo et, pour l’autre, à conforter Alteo dans une démarche d’innovation pour garantir sa croissance durable.

Une nouvelle unité de production « haute pureté » : Alteo assoit son leadership mondial sur les alumines de pointe.

ETI industrielle indépendante basée à Gardanne depuis 125 ans, Alteo, premier producteur mondial d’alumines de spécialité, constitue l’un des fleurons de l’industrie française. Avec l’inauguration ce jour d’un nouvel atelier de production d’alumine « haute pureté », Alteo démontre encore une fois sa capacité d’innovation et son expertise mondiale sur les alumines de pointe.

Représentant un investissement de 1,5 million d’euros, cette unité va permettre à Alteo d’approcher de nouveaux marchés en plein essor tels que la micro-électronique, notamment en Asie mais potentiellement partout dans le monde. Développée par les équipes R&D d’Alteo, cette unité qui vient de démarrer aura une capacité de plus de 1 000 tonnes par an.

Avec cet investissement, Alteo confirme son ancrage régional en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Car en plus de participer au développement de ses activités, cet atelier permet à Alteo d’attirer de nouveaux talents par le recrutement d’un personnel qualifié au niveau local. Quatre nouveaux postes seront nécessaires pour assurer le fonctionnement de cette nouvelle unité de production.

Visionnez la vidéo de présentation.

Mise en service de sa nouvelle station de traitement des eaux : Alteo confirme son rôle de précurseur en matière d’écologie industrielle.

Après plus d’un an de travaux, Alteo inaugure ce jour sa toute nouvelle station de traitement de l’eau par injection de C02. Ce procédé unique au monde dans le secteur des alumines a représenté un investissement de près de 7 millions d’euros. Cette installation, construite en partenariat avec Air Liquide et cofinancée par l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, marque l’aboutissement de plus de deux années de recherche. Cette technologie innovante consiste à injecter du gaz carbonique dans l’effluent à traiter pour réduire le pH   et transformer les métaux dissous en une forme solide. Alteo va ainsi atteindre les normes de qualité requises concernant le pH   et les concentrations métalliques dans les rejets liquides.

Par ailleurs, cette solution est particulièrement vertueuse puisqu’elle permet de consommer environ 6 000 tonnes de C02 par an et d’éviter ainsi de les émettre dans l’atmosphère.

En parallèle, Alteo poursuit ses efforts sur les deux derniers paramètres en dérogation - la demande chimique en oxygène (DCO) et la demande biologique en oxygène (DBO5) - et s’apprête à lancer une unité industrielle de traitement biologique.

Visionnez la vidéo de présentation.

« Alteo poursuit son développement afin d’asseoir son leadership mondial, notamment sur de nouveaux marchés en plein essor. C’est là notre ambition : inventer et produire de manière responsable et durable, ici en Provence, et vendre partout dans le monde » affirme Frédéric Ramé, Président d’Alteo.



19 mars 2019

Alteo prend acte qu’une information judiciaire est en cours au pôle santé du Tribunal de Grand Instance de Marseille et rappelle son engagement permanent pour améliorer son empreinte écologique.

Alteo n’a reçu aucune précision ‎sur l’information judiciaire annoncée hier par le Procureur de la République. L’entreprise ne peut donc pas la commenter si ce n’est pour rappeler que, d’une part, Alteo se conforme aux autorisations d’exploitation qui ont été délivrées par les autorités compétentes et, d’autre part, toutes les études sanitaires menées au cours des dernières années ont conclu à l’absence de danger pour la santé humaine en liaison avec les rejets en mer ou les résidus de l’exploitation stockés à Mange-Garri. 

Les résidus solides de bauxite issus de la production de l’alumine ne sont, en effet, ni dangereux ni toxiques et ne représentent aucun risque sanitaire. Ils sont lavés et séchés selon les meilleures technologies mondiales. En 2012 et à nouveau en 2018, l’Ineris   (Institut national de l’environnement industriel et des risques) a conclu à la non-dangerosité des résidus de bauxite, conformément au code européen des déchets. Les études de risques sanitaires conduites sur le site de Mange Garri ont également conclu à l’absence de risque en liaison avec les émissions de poussières. Ces résidus ne présentent pas de risque radiologique, comme cela a été confirmé par l’IRSN   (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire). Enfin, Alteo rappelle que depuis le 1er janvier 2016, l’ensemble des résidus de bauxite issus de la production d’alumine sont traités et qu’il n’y a plus aucun rejet de « boues rouges » dans la mer.

De même, les rejets d’eaux résiduelles en mer ne sont pas toxiques et ne présentent pas de risque sanitaire. Les études de l’Anses   ont conclu à l’absence d’impact sanitaire lié à la consommation de poissons, et la qualité de ces eaux continue de s’améliorer de manière constante et progressive. De plus, si l’arrêté préfectoral du 28 décembre 2015 prévoyait six dérogations, les progrès réalisés depuis lors ont déjà permis de supprimer la dérogation sur le fer et d’abaisser les seuils pour trois paramètres (DCO, aluminium et arsenic). La mise en service d’une station de traitement innovante au CO2 dont l’inauguration aura lieu ce 22 mars 2019 va permettre d’aller encore plus loin, et notamment d’abaisser le pH   et de traiter les derniers éléments métalliques. Parallèlement, est prévu dans les prochaines semaines le lancement du projet de construction d’une installation industrielle permettant le traitement de la demande chimique en oxygène (DCO) et de la demande biologique en oxygène (DBO5) contenues dans les rejets liquides. Cette unité sera opérationnelle dans le courant de l’année 2020, ce qui permettra de supprimer toutes les dérogations.

Alteo continue en tout état de cause ses investissements en vue de réduire son empreinte environnementale et est donc totalement mobilisé, conformément à ses engagements, pour mettre en œuvre, le plus rapidement possible, les meilleures solutions de traitement pour atteindre les niveaux de qualité d’eau requis sans dérogation.



28 février 2019

Alteo a porté plainte pour vol de minerais de bauxite sur son site de Mange Garri

Alteo a porté plainte pour vol de minerais de bauxite sur son site de Mange Garri, qui ont été ultérieurement déversés devant le Ministère de la Transition écologique et solidaire.

Le 12 février dernier, des militants de l’association ZEA ont déversé devant le Ministère de la Transition écologique et solidaire plusieurs tonnes d’une matière qu’ils ont indiqué être des « boues rouges toxiques », ce qui est faux et calomnieux. Il s’agissait en fait de minerais de bauxite non encore transformés.

Alteo tient donc, encore une fois, à rétablir la vérité et à démentir les contre-vérités diffusées au sujet de son activité :

  • Contrairement à ce qui a été dit, il ne s’agissait absolument pas de résidus solides mais simplement de bauxite, la matière première à partir de laquelle Alteo travaille pour produire de l’alumine de spécialité.
  • La matière déversée ne présentait aucune toxicité.
  • Alteo tient également à souligner que les résidus solides de bauxite issus de la production de l’alumine ne sont ni dangereux ni toxiques et ne représentent aucun risque sanitaire. En 2012 et à nouveau en 2018, l’Ineris   (Institut national de l’environnement industriel et des risques) a conclu à la non-dangerosité des résidus de bauxite, conformément au code européen des déchets. Les études de risques sanitaires conduites sur le site de Mange Garri ont également conclu à l’absence de risque en liaison avec les émissions de poussières. Ces résidus ne présentent pas de risque de radioactivité, comme cela a été confirmé par l’IRSN   (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire).

  • Enfin, Alteo rappelle que depuis le 1er janvier 2016, l’ensemble des résidus de bauxite issus de la production d’alumine sont traités et qu’il n’y a plus aucun rejet de « boues rouges » dans la mer.

Alteo a donc porté plainte pour vol ; des militants de l’association ZEA s’étant introduits sur son site de Mange Garri, qui est privé et fermé, pour prélever un matériau de manière illégale et ce à des fins calomnieuses et mensongères.

Alteo continuera à engager toutes les actions appropriées pour préserver ses droits, sa réputation, son activité ainsi que ses salariés.



26 février 2019

Lors de la Commission de Suivi de Site, Alteo informe sur les résultats de sa gestion environnementale et rétablit la vérité sur son activité

À l’occasion de la Commission de Suivi de Site qui s’est réunie le 25 février, Alteo a pu faire le point sur les résultats obtenus et les actions en cours pour la réduction de son empreinte environnementale et rétablir la vérité au sujet des conséquences et des perspectives d’évolution de son activité.

La Commission de Suivi de Site a permis de mettre en évidence les progrès réalisés qu’il s’agisse de la qualité des eaux de procédé, de la gestion des résidus de bauxite ou de leur réutilisation dans le cadre de l’économie circulaire.

S’agissant de la revalorisation des déchets, Alteo et la CCI Marseille Provence ont présenté leur démarche partenariale engagée pour favoriser l’utilisation des résidus de bauxite, dans le cadre de la valorisation des déchets industriels du territoire. La réutilisation des résidus de bauxite apporte un réel bénéfice environnemental et permettra d’en limiter progressivement le stockage à Mange Garri :

  • en participant à la dépollution des sols et des eaux contaminés en métaux,
  • en se substituant aux ressources naturelles qui se raréfient et donc en limitant ainsi les nouvelles extractions de matières premières,
  • et concernant la sidérurgie, c’est un complément pour la fabrication d’acier qui permet d’économiser des ressources non-renouvelables importées et qui peut également être utilisé dans le traitement de l’acier et de ses résidus de production.

S’agissant des impacts de son activité industrielle, Alteo a rappelé les points suivants :

  • Il n’y a plus aucun rejet de résidus solides, dites « boues rouges » dans la mer depuis le 31 décembre 2015.
    Le nouveau procédé de traitements des résidus de l’exploitation de la bauxite mis en place a permis la réduction du flux de métaux rejeté en mer de plus de 99%.
  • Les rejets d’eaux résiduelles en mer ne sont pas toxiques et ne présentent pas de risque sanitaire.
    Les études de l’Anses   ont conclu à l’absence d’impact sanitaire lié à la consommation de poissons, et la qualité de ces eaux continue de s’améliorer de manière constante et progressive.
    Si l’arrêté préfectoral du 28 décembre 2015 prévoyait six dérogations, les progrès réalisés depuis lors ont déjà permis de supprimer la dérogation sur le fer et d’abaisser les seuils pour trois paramètres (DCO, aluminium et arsenic). La mise en service d’une station de traitement innovante au CO2 au mois de mars va permettre de supprimer la dérogation sur le pH  , l’aluminium et l’arsenic. Enfin, Alteo lancera dans les prochaines semaines le projet de construction d’une installation industrielle permettant le traitement de la demande chimique en oxygène (DCO) et de la demande biologique en oxygène (DBO5) contenues dans les rejets liquides, ce qui permettra à terme de supprimer les dernières dérogations.
  • Les résidus solides de bauxite ne sont ni dangereux ni toxiques et ne représentent aucun risque sanitaire.
    En 2012 et à nouveau en 2018, l’Ineris   (Institut national de l’environnement industriel et des risques) a conclu à la non-dangerosité des résidus de bauxite, conformément au code européen des déchets. Les études de risques sanitaires conduites sur le site de Mange Garri ont également conclu à l’absence de risque en liaison avec les émissions de poussières. Enfin, ces résidus ne présentent pas de risque de radioactivité, comme cela a été confirmé par l’IRSN   (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire). A titre de comparaison, l’émission des résidus de bauxite est inférieure à celles des roches granitiques présentes dans différentes régions françaises.
  • Contrairement à ce qui est parfois affirmé, il n’y a pas d’envol de poussières lié au stockage des résidus solides de bauxite sur le site de Mange Garri "au moindre coup de vent".
    Alteo a mis en œuvre des mesures importantes et efficaces pour lutter contre l’envol des poussières : végétalisation, encroûtage, compostage et arrosage des parcelles, surveillance et aménagements divers. Les études menées montrent que l’empoussièrement autour de Mange Garri n’est pas différent de ce qui est mesuré ailleurs en région PACA.

 

Fort des résultats d’études indépendantes, réalisées par des experts à la demande et sous le contrôle des services de l’Etat, qui concluent toutes à l’absence d’impact sanitaire des rejets de l’usine tant en mer qu’à terre, Alteo dénonce une nouvelle fois les affirmations ‎erronées, partielles et non factuelles dont est l’objet son activité et se tient à la disposition de chacun pour apporter les preuves de ses affirmations.



25 février 2019

Alteo pionnier de la démarche « Pour une économie circulaire en Provence »

Le groupe Alteo, leader mondial des alumines de spécialité, se félicite d’avoir été choisi par la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille Provence et ses partenaires, dans le cadre de leur démarche de valorisation des déchets industriels du territoire.

La Bauxaline® est le premier cas concret de structuration d’une filière d’économie circulaire industrielle à l’échelle du territoire. Pour Alteo, c’est la reconnaissance de plusieurs années de travail pour faire des résidus de bauxite, aujourd’hui principalement stockés à Mange-Garri, un composant d’avenir pour les matériaux de construction, la dépollution des eaux et des sols, et la sidérurgie.

JPEG - 168.5 ko


Les premiers groupes de travail mis en place par la CCI Marseille Provence – avec la participation des collectivités et des acteurs concernés – vont permettre de développer les filières industrielles dans un objectif de réutilisation à grande échelle de la Bauxaline®… et ainsi, dans la logique de l’économie circulaire, de faire des déchets des uns, les solutions des autres.

Cette démarche s’appuiera sur tout le travail mené depuis 2012 par Alteo qui a mis en valeur les propriétés particulièrement intéressantes des résidus de bauxite dans différents domaines.

En matière de dépollution des eaux et des sols, grâce à ses propriétés, la Bauxaline® agit comme une éponge à métaux et permet de capturer plus de 99 % des polluants métalliques et des phosphates dans l’eau et dans les sols. 

Concernant les matériaux de construction, la Bauxaline® peut remplacer un produit naturel non-renouvelable comme l’argile ; elle présente également des qualités phoniques et thermiques supérieures aux graviers traditionnels utilisés dans la construction et peut permettre la fabrication de ciments plus économes en C02

Et enfin, pour la sidérurgie, grâce au minerai de fer qu’elle contient, c’est un complément pour la fabrication d’acier qui permet d’économiser des ressources non-renouvelables importées et qui peut également être utilisé dans le traitement de l’acier et de ses résidus de production.

Pour Frédéric Ramé, Président d’Alteo : « En tant qu’entreprise attachée à son territoire, je me félicite de cette démarche partenariale lancée par la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille Provence et ses partenaires qui va nous permettre de franchir un cap décisif en matière de réutilisation de la Bauxaline®. Pour rappel nous avons réussi à valoriser 10 % de nos résidus sur les dix dernières années, soit un ratio largement supérieur à la moyenne de notre industrie (environ 2%), mais nous avons la ferme volonté d’aller beaucoup plus loin en atteignant les 100 % grâce à cette démarche ».



25 février 2019

Alteo pionnier de la démarche « Pour une économie circulaire en Provence »

Le groupe Alteo, leader mondial des alumines de spécialité, se félicite d’avoir été choisi par la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille Provence et ses partenaires, dans le cadre de leur démarche de valorisation des déchets industriels du territoire.

La Bauxaline® est le premier cas concret de structuration d’une filière d’économie circulaire industrielle à l’échelle du territoire. Pour Alteo, c’est la reconnaissance de plusieurs années de travail pour faire des résidus de bauxite, aujourd’hui principalement stockés à Mange-Garri, un composant d’avenir pour les matériaux de construction, la dépollution des eaux et des sols, et la sidérurgie.

JPEG - 168.5 ko


Les premiers groupes de travail mis en place par la CCI Marseille Provence – avec la participation des collectivités et des acteurs concernés – vont permettre de développer les filières industrielles dans un objectif de réutilisation à grande échelle de la Bauxaline®… et ainsi, dans la logique de l’économie circulaire, de faire des déchets des uns, les solutions des autres.

Cette démarche s’appuiera sur tout le travail mené depuis 2012 par Alteo qui a mis en valeur les propriétés particulièrement intéressantes des résidus de bauxite dans différents domaines.

En matière de dépollution des eaux et des sols, grâce à ses propriétés, la Bauxaline® agit comme une éponge à métaux et permet de capturer plus de 99 % des polluants métalliques et des phosphates dans l’eau et dans les sols. 

Concernant les matériaux de construction, la Bauxaline® peut remplacer un produit naturel non-renouvelable comme l’argile ; elle présente également des qualités phoniques et thermiques supérieures aux graviers traditionnels utilisés dans la construction et peut permettre la fabrication de ciments plus économes en C02

Et enfin, pour la sidérurgie, grâce au minerai de fer qu’elle contient, c’est un complément pour la fabrication d’acier qui permet d’économiser des ressources non-renouvelables importées et qui peut également être utilisé dans le traitement de l’acier et de ses résidus de production.

Pour Frédéric Ramé, Président d’Alteo : « En tant qu’entreprise attachée à son territoire, je me félicite de cette démarche partenariale lancée par la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille Provence et ses partenaires qui va nous permettre de franchir un cap décisif en matière de réutilisation de la Bauxaline®. Pour rappel nous avons réussi à valoriser 10 % de nos résidus sur les dix dernières années, soit un ratio largement supérieur à la moyenne de notre industrie (environ 2%), mais nous avons la ferme volonté d’aller beaucoup plus loin en atteignant les 100 % grâce à cette démarche ».



12 février 2019

Alteo réaffirme son engagement constant dans la mise en œuvre des meilleures solutions de traitement de ses résidus d’exploitation

A la suite des actions engagées par l’association ZEA ce mardi 12 février, Alteo tient à rappeler les faits suivants.

Après avoir cessé tout rejet de résidus solides dites « boues rouges » dans la mer depuis le 31 décembre 2015, Alteo met en œuvre une politique de réduction continue de son empreinte environnementale tout en poursuivant son développement économique et en préservant l’emploi industriel en France, en étroite collaboration avec les pouvoirs publics.

Les équipes d’Alteo poursuivent les efforts qui ont déjà permis d’améliorer significativement la qualité de ses rejets liquides, comme l’ont montré les réunions successives de la Commission de Suivi de Site et les contrôles des services de l’Etat depuis 2016. Ceux-ci ont relevé à plusieurs reprises les progrès réalisés.

Alteo tient aussi à souligner ‎que, par arrêté préfectoral du 20 juillet 2018, les dérogations initialement accordées ont été significativement réduites.

De même, ‎la mise en service d’une station de traitement innovante au CO2 des rejets liquides au mois de mars 2019 va permettre d’améliorer la qualité de l’eau, et notamment d’abaisser le pH   et de traiter les derniers éléments métalliques. Parallèlement, ‎le lancement dans les prochaines semaines du projet de construction d’une installation industrielle permettant le traitement de la demande chimique en oxygène (DCO) et de la demande biologique en oxygènes (DBO5) contenues dans les rejets liquides, permettra à terme de supprimer toutes les dérogations.

Enfin, les résidus de bauxite de l’usine de Gardanne sont lavés et séchés selon les meilleures technologies mondiales. Ils ne sont donc plus stockés sous forme de boues liquides. Ces résidus seconds sont des déchets non dangereux qui ne présentent pas de risque sanitaire. L’usine d’Alteo est fortement engagée dans une démarche d’économie circulaire. De nombreuses pistes pour réutiliser ces résidus ont été identifiées, notamment en tant que matériau de construction, produit de dépollution ou dans la filière sidérurgique.

Contrairement à ce qui peut être dit, ces opportunités présentent plusieurs intérêts, elles permettent de donner une nouvelle utilisation à un déchet, elles évitent de consommer des matières premières nouvelles et elles apportent également des bénéfices environnementaux (par exemple la déphosphatation des eaux).

Alteo confirme sa totale mobilisation en faveur de la santé et la sécurité des riverains de ses sites et de l’ensemble de ses employés et partenaires, ainsi que de l’environnement.

Fort des résultats d’études indépendantes, réalisées par des experts à la demande et sous le contrôle de l’Etat, qui concluent toutes à l’absence d’impact sanitaire des rejets de l’usine tant en mer qu’à terre, Alteo dénonce une nouvelle fois les affirmations ‎ erronées, partielles et non factuelles dont est l’objet son activité.



30 janvier 2019

Campagne de suivi des rejets en mer : appréciation positive du CSIRM

Dans le cadre de la gestion de ses rejets liquides, Alteo a réalisé en 2016-2017 une vaste campagne de suivi en mer. Cette étude, dont le coût a atteint 1,9 million d’euros, avait pour objectif d’évaluer l’impact éventuel du dépôt historique de résidus de bauxite sur le fond, d’analyser l’impact du rejet actuel, et de suivre la qualité des poissons et des organismes vivants autour du canyon de la Cassidaigne.

Suite à la remise du rapport par Alteo en novembre dernier aux autorités administratives, le CSIRM   (Comité de surveillance et d’information des rejets en mer) a « apprécié unanimement l’effort d’Alteo et a reconnu l’ampleur et la qualité du suivi réalisé en accord avec les objectifs qui lui ont été fixés.
Il reconnaît aussi par ailleurs l’effort de recherche considérable et l’avancée rapide de l’entreprise dans la mise au point d’un nouveau procédé pour que le rejet liquide soit complètement conforme aux normes environnementales ». Suite à l’analyse détaillée des différents volets de ce rapport, le CSIRM   donnera ses conclusions au préfet début 2019.

Pour en savoir plus sur l’activité d’Alteo, consultez la newsletter.



25 janvier 2019

Décision de la Cour administrative : Alteo s’engage à mettre en œuvre les meilleures solutions

Après les décisions de la Cour administrative d’appel de Marseille, rejetant sa demande de sursis à exécution, Alteo réaffirme son engagement de mettre en œuvre le plus rapidement possible les meilleures solutions de traitement des eaux rejetées en mer

Alteo prend acte des décisions de la Cour administrative d’appel de Marseille rejetant ses demandes de sursis à exécution des jugements du Tribunal Administratif de Marseille du 20 juillet 2018, lesquels avaient raccourci l’échéance de la dérogation qui lui a été accordée pour ses rejets en mer d’eau de procédé, en la ramenant au 31 décembre 2019.

Alteo relève que, dans ses décisions, la Cour reconnaît que l’entreprise fait tout pour avancer dans la voie de l’amélioration de ses procédés industriels, après la suppression du rejet des boues rouges en mer au 31 décembre 2015.

Le juge d’appel souligne notamment les « améliorations déjà constatées à ce jour » et prend note de « l’impact limité des paramètres DBO5 et DCO sur l’environnement marin ».

En outre, la Cour précise les mesures qui pourraient être prises pour poursuivre l’exploitation au-delà du 31 décembre 2019.

Pour Alteo, qui a toujours soutenu et maintient que cette échéance n’est pas réaliste, les procédés techniques nécessaires étant particulièrement complexes et innovants, ce dernier point est essentiel puisqu’il permettra en tout état de cause d’assurer la continuité de l’activité après cette échéance.

Alteo tient aussi à rappeler que, par arrêté préfectoral du 20 juillet 2018, les dérogations initialement accordées ont été significativement réduites. De même, la mise en service d’une station de traitement innovante au CO2 des rejets liquides au mois de mars 2019 va permettre d’améliorer la qualité de l’eau, et notamment d’abaisser le pH   et de traiter les derniers éléments métalliques.

Parallèlement, est prévu dans les prochaines semaines le lancement du projet de construction d’une installation industrielle permettant le traitement de la demande chimique en oxygène (DCO) et de la demande biologique en oxygènes (DBO5) contenues dans les rejets liquides. Cette unité sera opérationnelle dans le courant de l’année 2020, ce qui permettra de supprimer toutes les dérogations.

Alteo est donc totalement mobilisé, conformément à ses engagements, pour mettre en œuvre, le plus rapidement possible, les meilleures solutions de traitement et l’ensemble de ces investissements permettra d’atteindre les niveaux de qualité d’eau requis sans dérogation.



16 janvier 2019

Résultats d’un an d’études AtmoSud de la qualité de l’air à Gardanne et Mange Garri

Le Préfet des Bouches-du-Rhône, lors de l’autorisation d’exploiter du 28/12/2015, prescrivait : « la mise en place d’un programme de surveillance de la qualité de l’air autour de l’usine de Gardanne et du site de stockage des résidus de Mange-Garri pendant une durée minimale d’un an ».

Dans ce cadre AtmoSud, association agréée de surveillance de la qualité de l’air, a été sollicitée pour mener cette étude ayant pour objectif d’évaluer l’impact de l’usine de Gardanne et du site Mange-Garri sur la qualité de l’air.

6 points ont été choisis, en complément des mesures réalisées en continu depuis plusieurs années Boulevard Carnot. Leur positionnement a été établi en concertation avec la préfecture, la DREAL, Alteo et les riverains dans la mesure des moyens disponibles et des possibilités techniques.

JPEG - 169.3 ko
Points de mesure qualité de l’air

Pour en savoir plus, consultez le résumé d’AtmoSud et l’étude complète.

 

Le plan de surveillance de la station permanente d’AtmoSud autour de Gardanne se poursuit. Située à proximité des habitations, sous l’influence du site industriel ALTEO, son dispositif a été renforcé pour prendre en compte les paramètres étudiés dans le cadre de la campagne (PM10PM2.5, particules sédimentables, 33 métaux).

Enfin, l’APAVE, organisme externe, effectue un relevé de poussières sur 13 plaquettes de suivi, tous les quinze jours, sur le site de Gardanne et sur 10 plaquettes de suivi à l’intérieur et à l’extérieur du site de Mange Garri. Les résultats sont publiés sur ce site (lien ci-contre).




11 janvier 2019

La nouvelle station de traitement des eaux par CO2 est opérationnelle

JPEG - 132 ko

La nouvelle station de traitement de l’eau par injection de CO2 a démarré au 1er trimestre 2019.


La neutralisation au CO2 a un effet très positif sur l’abattement de l’aluminium et de l’arsenic, et permet d’atteindre les objectifs de qualité d’eau 2 ans avant l’échéance de 2021.

Cette solution est doublement vertueuse car elle permet d’épurer les eaux excédentaires en captant environ 6 000 tonnes de CO2 par an qui ne seront pas émis dans l’atmosphère.




7 janvier 2019

Mange Garri, la lutte contre l’envolement des poussières renforcée en 2018

De nouveaux moyens ont été déployés en renfort de l’existant

  • La végétalisation des zones dont l’exploitation est définitivement arrêtée (surface > 3 ha)
  • L’encroûtage des parcelles inactives mais exploitées. Elles ne sont pas utilisées quotidiennement mais doivent rester accessibles.
  • Un système d’arrosage automatique pour les pistes de circulation.
  • Trois canons à eau afin de brumiser les zones en activité.


  • Une réactivité accrue aux épisodes venteux : en cas de vent modéré à fort, la circulation d’engins sur le site est réduite voire complètement arrêtée.
  • Le dépôt de compost sur les zones non exploitées à moyen terme (pendant 3 à 4 ans).
  • L’aménagement des talus et des fossés


La réduction des émissions de poussières
est au cœur des engagements environnementaux d’Alteo.

Des résultats sont notables en 2018

2018


2017


Les efforts se poursuivront en 2019.



2 janvier 2019

Meilleurs voeux d’Alteo

JPEG - 343.2 ko

Alteo est fier de fêter les 125 ans de l’usine de Gardanne, berceau mondial de l’alumine. Avec un savoir-faire unique, des produits et services de haute qualité et une amélioration permanente des performances environnementales, nos équipes innovent chaque jour pour construire un avenir durable.

Pour cette nouvelle année, nous vous souhaitons nos meilleurs vœux de bonheur et de prospérité !



26 novembre 2018

Des technologies à l’essai pour améliorer encore la qualité de l’eau

57 paramètres caractérisant les eaux rejetées en mer sont analysés régulièrement par la DREAL PACA   et Alteo. 50 présentent des seuils inférieurs au niveau national réglementaire. 1 est au niveau du seuil exigé. Pour les 6 paramètres présentant un niveau supérieur au seuil, Alteo dispose d’une dérogation.


La nouvelle station de traitement par injection de CO2 permettra, au 1er trimestre 2019, d’abaisser les concentrations de 4 paramètres sous les seuils. Pour les 2 paramètres restants, des technologies de traitement complémentaires ont été testées : l’osmose inverse, le charbon actif et le traitement biologique. L’analyse des résultats des pilotes réalisés au 2e semestre 2018 est en cours.


Le 17 juillet 2018, les membres du Parc national des Calanques sont venus constater les progrès réalisés.



12 novembre 2018

Alteo vous propose deux grands rendez-vous à Pollutec – 27 au 30 novembre

Vous cherchez des solutions pour dépolluer des sols, traiter des effluents acides contaminés par des métaux, déphosphater de l’eau ? Rencontrez Alteo, stand E158, dans le hall 4 « Ville durable » et inscrivez-vous à la conférence le 28 novembre 10h25 : « La Bauxaline®, une solution innovante pour la dépollution et la construction durable ».

JPEG

La Bauxaline® possède des propriétés à fort intérêt environnemental. Ce matériau a une très grande capacité de capture des polluants métalliques et des phosphates, pour un coût inférieur aux solutions existantes. Il peut se substituer à des matières premières non renouvelables pour fabriquer des matériaux de construction performants, isolants thermiquement et/ou à basse empreinte carbone. Expérimentations et résultats comparatifs sur le stand Alteo.



8 novembre 2018

Engagement local : la construction de la nouvelle station de traitement des eaux avance

JPEG - 274.4 ko

Prévue pour être opérationnelle dès 2019, la construction de
la nouvelle station de traitement de l’eau par injection de CO2
avance à grand pas. Située au coeur de l’usine à Gardanne,
elle mobilise aujourd’hui une dizaine d’entreprises partenaires,
comme Gagneraud, Engie, CTR, CIM, Mouteau Nicolle, etc.

Dans cette newsletter également un focus sur la formation métiers, les embauches, etc.



22 juillet 2018

Décisions du Tribunal Administratif du 20 juillet 2018

Décisions du Tribunal Administratif du 20 juillet relatives aux recours contre l’arrêté préfectoral de 2015 autorisant l’exploitation de l’usine de Gardanne

Nous prenons acte avec satisfaction du sens des décisions rendues par le Tribunal Administratif de Marseille : celles-ci n’annulent pas l’autorisation d’exploiter accordée à Alteo par l’Arrêté Préfectoral de 2015, contrairement à ce qui était demandé par certains requérants.

Le Tribunal a pris en considération les progrès techniques constants faits par Alteo en faveur de la protection de l’environnement. Le Tribunal demande, en revanche, à ce que les efforts réalisés par Alteo soient effectués dans des délais encore plus brefs, une réduction de la durée de la dérogation étant décidée par le juge. Nous examinons, sur ce point, les suites à donner à la décision du Tribunal, y compris d’un point de vue juridictionnel.

Les équipes d’Alteo poursuivent les efforts qui ont déjà permis d’améliorer significativement la qualité de l’eau, comme l’ont montré les réunions successives de la Commission de Suivi de Site et les contrôles des services de l’Etat depuis 2016. Le Parc National des Calanques, en visite sur le site mardi dernier, a d’ailleurs salué les progrès réalisés et les projets additionnels qui sont en cours pour aller au-delà.



20 juin 2018

Focus sur la Bauxaline comme solution de dépollution durable

JPEG - 2 Mo

Alteo développe des projets innovants pour accroître encore davantage la part de résidus valorisés. Le déploiement à grande échelle de filières de valorisation des résidus de bauxite passe par une mobilisation de l’ensemble des parties prenantes (industriels, collectivités, institutions, …). C’est collectivement que nous réussirons à faire de l’économie circulaire une réalité à l’échelle du territoire.

Savez-vous qu’Alteo est une industrie pionnière au niveau mondial dans la valorisation des résidus issus de son activité. L’entreprise a valorisé proportionnellement sur 10 ans 5 fois plus de résidus que la moyenne mondiale de l’industrie de l’alumine. En savoir plus sur cette Newsletter.



12 avril 2018

Pour tout savoir sur l’activité d’Alteo en 2017

Découvrez les actions réalisées par nos équipes à travers notre nouveau rapport d’activités 2017.

Dans la continuité de la profonde transformation engagée ces dernières années, Alteo met en œuvre aujourd’hui sa stratégie, qui s’appuie d’une part sur la croissance des ventes de produits de haute qualité et d’autre part sur le développement durable de l’ensemble de ses activités.

Dans ce cadre, et afin d’illustrer la richesse des actions accomplies par les femmes et les hommes de notre entreprise, nous sommes heureux de partager cette dynamique au sein de notre rapport d’activités 2017.

Téléchargez-le ci-contre



9 avril 2018

Alteo inaugure une unité de cogénération sur son site de Gardanne, en partenariat avec ENGIE Cofely

Frédéric RAMÉ, président d’Alteo et Pascal GHIELMETTI, Directeur Général Adjoint ENGIE Cofely inaugurent ce jour une nouvelle unité de cogénération à haute performance sur le site Alteo de Gardanne. Avec une puissance de 12 MWe, cette unité couplée à une installation de récupération de chaleur va permettre de produire 10% de la vapeur nécessaire au fonctionnement de l’usine de Gardanne et d’améliorer l’efficacité énergétique de l’ensemble. Prévue pour une exploitation de 12 ans, elle représente un investissement de 7 millions d’euros.

Leader mondial des alumines de spécialité, Alteo s’engage à réduire de manière continue son empreinte environnementale. « Cette unité de cogénération participe à cette stratégie en nous permettant d’optimiser notre consommation énergétique. Elle s’intègre pleinement dans le cadre de la COP21 et de la transition énergétique en France », commente Frédéric RAMÉ, président d’Alteo.

JPEG - 3.7 Mo

Grâce à la revalorisation d’une chaudière à l’arrêt depuis 2013, et bénéficiant de technologies récentes, l’unité de cogénération conçue par ENGIE Cofely produira simultanément de l’énergie thermique et de l’électricité. Elle assurera ainsi la production de 10 % de la vapeur utilisée par Alteo pour son process industriel et permettra d’injecter l’électricité produite sur le réseau RTE (l’équivalent de la consommation d’une ville de 20 000 habitants), libérant ainsi des capacités de transport et de production sur le réseau électrique régional. Le tout avec une performance énergétique accrue de 20% par rapport à des productions séparées.

Cette cogénération s’inscrit dans un plan global d’efficacité énergétique et de réduction des émissions atmosphériques mené par Alteo :

  • Suppression totale des émissions de dioxyde de soufre (SO2)
  • Réduction de 50 % des émissions d’oxydes d’azote (NOx) depuis 2011, avec l’objectif d’une réduction supplémentaire de plus de 35% d’ici 2019,
  • Réduction de 50 % en 20 ans des émissions de CO2, avec l’objectif de réduire de 5% les consommations de gaz et d’électricité et les émissions de CO2 d’ici 2020.

Alors qu’elle vient tout juste de lancer la construction d’une nouvelle station de traitement de ses eaux résiduelles par injection de CO2, Alteo continue ainsi de progresser sur le plan environnemental (réduction des émissions de poussières, gestion et valorisation des résidus de bauxite…) tout en poursuivant son développement économique et en préservant l’emploi industriel en France. Pour rappel, seule usine de production d’alumines en France, Alteo emploie près de 500 collaborateurs (dont 450 sur le site de Gardanne) et son activité génère 1 000 emplois directs au niveau local.



4 avril 2018

Première mondiale : Alteo lance la construction d’une nouvelle station de traitement de ses eaux résiduelles par injection de C02

Deux ans après avoir investi 20 millions d’euros dans de nouvelles installations et la refonte de son processus industriel qui lui ont permis de cesser définitivement tout rejet de boues rouges en mer, Alteo - leader mondial des alumines de spécialité basé à Gardanne - franchit une nouvelle étape dans l’amélioration continue de la qualité de ses eaux résiduelles.

L’entreprise vient en effet de démarrer la construction, sur son site de Gardanne, d’une toute nouvelle station de traitement de l’eau par injonction de C02 opérationnelle d’ici début 2019. Il s’agit d’un procédé unique au monde dans le secteur des alumines qui représente un investissement de plus de 6 millions d’euros et l’aboutissement de 3 années de recherche en laboratoire puis sur un pilote industriel, menées en partenariat avec AirLiquide.

PNG - 723.6 ko


Un procédé vertueux qui permettra d’atteindre, dès 2019, les niveaux de qualité exigés fin 2021

Cette technologie innovante consiste à injecter du gaz carbonique dans l’effluent à traiter pour transformer les métaux dissous en une forme solide qui est récupérée par décantation. Les eaux séparées sont ainsi épurées.

Grâce à cette station de traitement, Alteo prévoit d’atteindre, dès 2019, les normes de qualité sur les concentrations métalliques dans les rejets liquides fixées pour le 31 décembre 2021 par l’autorisation d’exploitation du site de Gardanne en date du 28 décembre 2015. Par ailleurs, cette solution est particulièrement vertueuse puisqu’elle permet de consommer environ 4 000 tonnes de C02 par an et d’éviter ainsi de les émettre dans l’atmosphère.

« Dans une logique de réduction continue de notre empreinte environnementale, nous avons souhaité anticiper les normes de fin 2021 en mettant au point une solution technologique qui n’existait pas et ce, après que les technologies disponibles sur le marché aient été évaluées par nos équipes. Elle est le fruit d’une démarche collaborative entre nos ingénieurs en R&D et AirLiquide  », commente Frédéric Ramé, Président d’Alteo

Une nouvelle étape dans un processus de forte amélioration de la qualité des eaux résiduelles

Engagé depuis longtemps dans une démarche de développement durable, Alteo fait preuve à nouveau, avec cette solution de traitement complémentaire, de sa volonté et de sa capacité à innover.

Déjà en 2015, grâce un investissement de plus de 20 millions d’euros dans de nouvelles installations, Alteo a arrêté définitivement tout rejet de boues rouges en mer. Le procédé industriel alors mis en place est reconnu comme la meilleure technologie à l’heure actuelle dans le monde de l’alumine. Il lui a permis de réduire de plus de 99,95% son rejet de matières solides et de plus de 99% la teneur en métaux de ses eaux résiduelles.

En 2017, les efforts ont été poursuivis et, grâce à des modifications additionnelles sur ses nouvelles installations, Alteo a encore baissé de 68% la concentration en métaux.

A l’image de ce qu’Alteo réalise déjà pour les eaux résiduelles, l’entreprise continue d’innover sur le plan environnemental (amélioration de l’efficacité énergétique de ses installations, réduction des émissions de gaz à effet de serre, gestion et valorisation des résidus de bauxite, réduction des émissions de poussières…) tout en poursuivant son développement économique et en préservant l’emploi industriel en France. Pour rappel, seule usine de production d’alumines en France, Alteo emploie 500 collaborateurs (dont plus de 450 sur le site de Gardanne) et son activité génère près de 1000 emplois directs au niveau local.

  Documents



26 septembre 2017

Le planeur sous-marin SeaExplorer : une première en France pour analyser la qualité de l’eau dans la zone du rejet

Afin de répondre aux interrogations sur l’impact écologique et sanitaire du rejet liquide, sous le contrôle du CSIRM  , Alteo a mandaté CREOCEAN   pour réaliser de nouvelles mesures dans le milieu marin. Pour la première fois en France, un dispositif de suivi en continu, à haute fréquence et haute résolution spatiale de type planeur sous-marin (le SeaExplorer d’ALSEAMAR  ), a été déployé dans le cadre d’un suivi réglementaire afin de mesurer différents paramètres de qualité de l’eau dans la zone du rejet, en tête du canyon sous-marin de la Cassidaigne au large de Cassis.

JPEG - 83.8 ko


 


Le planeur sous-marin SeaExplorer peut évoluer sur l’ensemble de la colonne d’eau, de la surface jusqu’à 700 mètres. Il ne consomme que peu d’énergie et peut rester en mission autonome plusieurs semaines, sans aucun navire de surface pour sa surveillance. Il refait surface régulièrement environ toutes les 2 à 4 heures pour transmettre par satellite sa position GPS, les données scientifiques récoltées et recevoir de nouveaux paramètres de navigation transmis par le pilote qui, lui, est basé à terre.

La récolte de données est complexe car cet environnement sous-marin est difficile ; en effet planeur doit évoluer dans un espace exigu limité par les parois du canyon et leurs pentes abruptes changeantes au fur et à mesure qu’elles s’enfoncent dans les profondeurs. Le pilotage est donc risqué.

L’utilisation du planeur dans le cadre du suivi du rejet en mer s’est effectuée en 2 temps :

  • Une première mission a été réalisée au mois de mars 2017. Elle a permis de vérifier qu’il était possible de détecter la dispersion de l’effluent dans le milieu naturel à l’aide des appareils de mesure embarqués.
  • Sur la base des résultats de la mission pilote, une seconde mission comportant 2 périodes d’acquisition de 3 jours chacune s’est déroulée cet été, en complément du déploiement des lignes instrumentées. Elle a permis de réaliser une acquisition de données dans l’environnement proche du rejet dans 2 conditions météorologiques différentes : une colonne d’eau stratifiée avec du vent faible et une colonne d’eau mélangée par Mistral.

Les données récoltées ont été récupérées par CREOCEAN pour leur analyse et intégration dans le suivi global du milieu marin. Les résultats seront partagés avec le CSIRM   à la fin de l’année.



23 septembre 2017

Remontée des caging de moules : début des analyses !

La campagne de suivi des rejets en mer 2016-2017 menée par Alteo concerne notamment la qualité de l’eau. Le but est d’acquérir des connaissances sur l’effet du rejet, de comparer la modélisation à l’état réel et d’évaluer les risques sanitaires. Trois dispositifs ont été déployés à diverses profondeurs :

  • Capteurs passifs et des sondes
  • Bouteilles de prélèvement
  • Caging de moules

La campagne de caging d’invertébrés permet d’évaluer les teneurs en métaux bioaccumulables présents dans l’eau (forme particulaire et/ou dissoute) à l’aide d’organismes marins filtreurs (biomonitoring).

Crédit photo Créocéan
Les poches de moules ont été fixées sur des lignes de mouillage immergées dans cinq stations, dont deux déjà suivies par l’Ifremer   en 2015.

Crédit photo Créocéan

Après deux mois et demi d’immersion in natura, à 100m de profondeur, les lignes ont été récupérées par un robot sous-marin depuis un navire de la COMEX.

Les poches de moules ont été envoyées pour analyse au Laboratoire, et seront comparées à une poche de référence « avant immersion ».

Le rapport sera remis au CSIRM   très prochainement.



24 juillet 2017

La campagne d’immersion de cages d’invertébrés, des moules notamment, a commencé.

L’objectif de cette campagne est d’évaluer les teneurs en métaux bioaccumulables présents dans l’eau (forme particulaire et/ou dissoute) à l’aide d’organismes marins filtreurs (biomonitoring).

Selon le protocole de l’Ifremer  , ces cages seront immergées jusqu’à fin août pendant la phase de repos sexuel où le métabolisme des individus est le plus stable.

JPEG - 7.7 Mo

Le lot de moules est originaire des filières en mer de Marseillan (Hérault), zone reconnue pour être peu contaminée. Pour garantir l’homogénéité des lots, une taille de 50 mm, correspondant à de jeunes adultes d’environ 18 mois, est respectée à plus ou moins 5 mm. Chaque échantillon est composé d’un lot de 2,5 kg de moules calibrées, stockées dans une poche ostréicole.

Les poches de moules sont fixées sur des lignes de mouillage à trois profondeurs (-10, -50 et -100 m, à adapter selon les stations), et sont immergées dans cinq stations, dont deux déjà suivies par l’Ifremer   en 2015.

Une fois l’immersion terminée, les organismes seront récupérés et feront l’objet d’une évaluation de la mortalité, de mesures biométriques et de dosage des différentes catégories de métaux. Les données recueillies sur les stations seront comparées entre elles et prendront en compte les références locales et les médianes régionales (données issues des réseaux de l’Ifremer  ). Les analyses seront effectuées selon une méthode accréditée par le Cofrac (instance publique nationale d’accréditation).

JPEG - 2.7 Mo




7 juillet 2017

Commission de suivi de site (6 juillet 2017) : l’usine de Gardanne poursuit la réduction accélérée de son empreinte environnementale

La cinquième commission de suivi de site qui s’est déroulée hier à Marseille a été l’occasion pour Alteo de présenter les progrès réalisés et les projets pour aller au-delà :

  • confirmation de la très forte amélioration de la qualité de l’eau (plus de 99% de réduction des métaux), grâce à la performance des nouvelles installations de traitement. Cela permet d’obtenir une qualité bien meilleure que celle fixée par l’arrêté d’exploitation et qui approche les cibles fixées pour 2021 ;
  • présentation du projet innovant de neutralisation au CO2, afin d’atteindre les objectifs de qualité d’eau bien avant l’échéance de 2021 ;
  • réalisation en cours de la campagne de très grande ampleur de suivi des rejets en mer, afin de compléter les connaissances scientifiques sur la zone de rejet ;

L’engagement environnemental d’Alteo ne se limite pas à l’amélioration du rejet en mer. C’est aussi :

Alteo confirme au travers des actions exposées son engagement de réduction continue et accélérée de son empreinte environnementale.



20 juin 2017

Point d’étape Campagne en mer 2016-2017

JPEG - 24.6 ko

Les mesures physico-chimiques pour caractériser la dispersion du rejet sur un cycle annuel se poursuivent

Alteo mène une campagne de prélèvements et de mesures en mer afin de répondre aux interrogations sur l’impact environnemental et sanitaire de son activité depuis l’arrêt du rejet de boues rouges.

C’est une campagne de grande envergure, menée en concertation avec le parc national des Calanques et le Conseil scientifique et d’information sur les rejets en mer (CSIRM  ). Elle mobilise des moyens techniques et scientifiques hors normes. Le montant total des études dépasse le million et demi d’euros.

Cette opération a débuté fin août 2016. Elle permet d’acquérir un volume de données exceptionnel, tant pour Alteo que pour la communauté scientifique, complétant ainsi les connaissances accumulées par le précédent conseil scientifique depuis 1996.

Un des volets important du programme concerne l’étude de la dispersion de l’effluent. Une analyse statistique a permis d’identifier 7 situations météorologiques et hydrodynamiques caractéristiques des conditions qui sont rencontrées sur un cycle annuel dans la zone du rejet. Des capteurs ont été immergés sur des lignes de mouillage et mesurent différents paramètres pour déterminer le comportement du rejet.

Les premières lignes ont été remontées mi-avril et permettent aux scientifiques de travailler déjà sur 5 des 7 situations météo-océaniques. Les 2 dernières situations qui restent à mesurer correspondent à des conditions estivales. Ainsi, comme prévu, de nouvelles lignes seront immergées dès le début de l’été.

Les résultats seront partagés avec le CSIRM   à la fin de l’année.



15 mai 2017

Nouvelle étape dans la gestion des poussières diffuses à Mange Garri

Depuis le 12 avril 2017, une étape importante contre la lutte contre les poussières a été passée. En effet l’encroutage du bassin 6 est terminé, soit environ 9 hectares traités.

L’encroutage forme un film à la surface du terrain qui empêche les poussières de s’envoler à la moindre occasion.

L’opération a pu être mise en œuvre malgré des conditions météorologiques très perturbées.

C’est la concrétisation d’essais menés depuis septembre 2015 ! Alteo a cherché, avec des spécialistes, le meilleur produit et le meilleur dosage afin de réduire les envols de poussières de Bauxaline® par érosion éolienne.

Le produit n’est dangereux ni pour l’environnement, ni pour l’homme.

Alteo tient ainsi ses engagements auprès des riverains de la commune de Bouc-Bel-Air et de la DREAL PACA  .

PNG - 653.5 ko
Encroutage du bassin 6 de Mange Garri


JPEG - 58.4 ko
Epandage des zones planes




18 avril 2017

2 espèces d’éponges rares dans le Canyon de Cassidaigne

Dans le cadre du programme de suivi du milieu marin, le GIS Posidonie a réalisé en 2016 une campagne d’exploration des fonds marins qui a permis de constater la présence de 2 espèces d’éponges rares. Ces espèces ont été observées au sein du canyon de Cassidaigne, au niveau de la tête du canyon, à 2 km environ du point de rejet. L’article scientifique ci-contre fait une description des spécimens observés (version anglaise).

Publication NICOLE BOURY-ESNAULT1, JEAN VACELET1, MAUDE DUBOIS1, ADRIEN GOUJARD2, MAÏA FOURT1, THIERRY PÉREZ1 & PIERRE CHEVALDONNÉ1

1 - IMBE, CNRS, Aix Marseille Univ, Univ Avignon, IRD, Station Marine d’Endoume

2 - GIS Posidonie, Campus de Luminy, Océanomed

JPEGJPEG



9 mars 2017

Alteo poursuit ses expérimentations pour améliorer la qualité de l’eau et ses échanges avec les acteurs locaux

JPEG - 1.8 Mo

Le 22 janvier 2017, Didier Réault, Président du parc national des Calanques ainsi que des membres du conseil d’administration rencontraient, pour leur visite annuelle, les responsables du projet d’amélioration de la qualité des eaux d’Alteo.

Les membres du PNC ont pris acte, avec satisfaction, de l’amélioration et de la stabilité de la qualité du rejet actuel par rapport au mois de janvier 2016.

Ils se sont intéressés de près aux progrès rapides d’Alteo et de ses partenaires dans la recherche d’un traitement des eaux encore plus performant.

Actuellement, Alteo, Air Liquide et IRH sont en deuxième phase de test d’un procédé à base de dioxyde de carbone : une mini station d’épuration a été construite.

Le 13 février 2017, Richard Mallié, maire de Bouc-Bel-Air, en compagnie de conseillers municipaux, a lui aussi visité l’usine de Gardanne. Ils ont également pu voir en conditions réelles le second pilote industriel à base de CO2. Par ailleurs, les élus ont échangé avec Alteo sur les perspectives de réemploi de la Bauxaline® (résidus de bauxite traités) comme matériau de dépollution. Ces nouveaux marchés représenteraient une alternative partielle au stockage des résidus de bauxite sur le site de Mange Garri.



20 février 2017

Alteo ouvre ses portes pour les Industr’3 days les 4 et 5 mars

JPEG - 11.9 ko

Alteo fait partie des dix entreprises Gardannaises qui vont ouvrir leurs portes au public le temps d’un week-end.

L’Office du Tourisme reconduit cette belle initiative qui avait rencontré un vrai succès public pour sa première édition. Alteo avait ainsi ouvert ses portes à plus de 250 participants en 2016.

Plusieurs salariés de l’usine joueront les guides lors des visites en bus pour raconter la saga industrielle de cette usine centenaire à Gardanne. Elle est un exemple de ce que plusieurs générations de salariés ont réussi : avoir été le premier site d’alumine au monde et être aujourd’hui l’un des leaders mondial de cette activité. Ils répondront à toutes sortes de questions sur les différentes technologies mises en œuvre, l’utilité de l’alumine dans notre quotidien et dans des produits high-tech, sur l’environnement, etc…

Alteo Gardanne est ainsi toujours une référence du « Made in Provence » industriel.

Un grand merci à l’équipe de l’Office du Tourisme pour ces journées. Pour en savoir plus et vous inscrire, contactez dès à présent l’Office au 04 42 51 02 73 ou par courriel contact[at]tourisme-gardanne.fr.

  Documents

  Liens



14 février 2017

L’Anses confirme l’absence de risque sanitaire lié à la consommation de poissons au Comité de Suivi de Site Alteo (février 2017) 

JPEG - 6.9 ko

L’Anses a publié le 28 octobre 2016 un avis qui porte sur l’évaluation des risques sanitaires liés à l’exposition alimentaire à l’arsenic, complétant celui du 25 juillet 2016.

« Il apparaît que les expositions en arsenic inorganique calculées via la consommation des produits de la mer provenant d’une zone ou de l’autre ne sont pas significativement différentes. […] Sur la base des données de consommation des produits de la mer de l’étude CALIPSO, la consommation des produits de la mer, qu’ils proviennent de la zone dite impactée ou de la zone dite de référence, n’est pas de nature à entraîner une exposition à l’arsenic inorganique supérieure à celle de la population générale (Etude de l’Alimentation Totale 2) ».

Ce rapport confirme les conclusions de l’Evaluation des Risques Sanitaires réalisée en 2014 dans le cadre de la demande d’autorisation d’exploiter. Celle-ci démontrait que le risque le plus élevé était 500 fois plus faible que la valeur de référence.

Ce rapport confirme également les conclusions du Conseil Scientifique de Suivi mis en place par le préfet en 1995, qui concluait à l’absence d’impact sanitaire lié au rejet historique.

Ces résultats ont été présentés aux membres du Comité de Suivi de Site Alteo le 2 février 2017.

Suite à cette réunion, le préfet des Bouches-du-Rhône note dans son communiqué « […] Publiée en juillet 2016 sur le site de l’ANSES  , cette étude a été complétée fin octobre 2016 par une analyse sur le risque d’exposition à l’arsenic. Au terme de ces études, la consommation de ces produits de la mer n’est pas de nature à entraîner un risque sanitaire, rapportée à la part de la consommation de poisson dans l’alimentation totale. L’ANSES   ne remet donc pas en cause sa recommandation de manger du poisson deux fois par semaine, quel que soit le lieu de pêche autorisé. »



10 février 2017

Réduction significative des concentrations en métaux dans les rejets d’eau

JPEG - 63.7 ko
Station de traitement des eaux excédentaires avant rejet en mer

Le traitement retenu réduit de manière drastique les concentrations en comparaison avec les rejets historiques de « boues rouges ».

Depuis le 1er janvier 2016, il n’y a plus aucun rejet de « boues rouges » et la qualité de l’eau s’améliore depuis le 2e semestre 2016.

Ceci confirme les performances de la station de traitement des eaux construite en 2015.

Cette technique va au-delà de la Meilleure Technologie Disponible pour ce qui concerne l’élimination des matières en suspension (source BRGM  ), grâce à un dispositif de filtration intense des eaux excédentaires avec des bacs de décantation et un filtre sous pression.


Rejet d’eau actuel*

Autorisation d’exploiter*

Taux abattement par rapport au rejet de « boues rouges »

MES

34

35

99.97 %

Fer

0.025

13

99.99 %

Aluminium

407

1226

96.01 %

Titane

0.01

3.8

 99.99 %

Chrome total

0.047

0.3

99.99%

Vanadium

1.8

11

99.05 %

Plomb

0.05

0.01

 99.95 %

Arsenic

0.34

1.7

94.85%

Mercure

< 0.0005

0.0005

 99.97 %


Suivi des rejets – période du 1er juillet au 31 décembre 2016

GIF - 16.1 ko

Plusieurs contrôles inopinés de la qualité de l’eau ont été menés par la DREAL PACA   de septembre à décembre 2016.

Les émissions d’arsenic respectent la Valeur Limite des Emissions (VLE) fixée pour 2022

JPEG - 80.3 ko

Les émissions d’aluminium ont très fortement baissé

JPEG - 97.4 ko

Elles respectent la Valeur Limite des Emissions (VLE) fixée dans l’Arrêté préfectoral de 2015. Les efforts se poursuivent pour atteindre les VLE fixées pour 2022.



8 février 2017

Réunion des comités citoyens de Bouc-Bel-Air 

JPEG - 1.6 Mo

En janvier 2017, Alteo a une nouvelle fois rencontré les habitants de Bouc-Bel-Air comme elle s’était engagée à le faire en signant la charte « pour un dispositif participatif de suivi et de progrès des activités du site de Mange Garri ». Les échanges avec les habitants, Richard Mallié, maire de Bouc-Bel-Air ont porté sur plusieurs sujets :

Qualité des eaux souterraines : les conclusions et recommandations du rapport de suivi

Le bureau d’études supervisé par le BRGM   a réalisé 4 études trimestrielles. Il n’a pas été démontré de liens entre les eaux prélevées dans les puits des riverains et celles provenant du site de Mange Garri. En effet, les dépassements ponctuels des valeurs de référence relevés sur certains puits ne constituent pas des marqueurs typiques ou exclusifs de l’activité de Mange Garri. Ils peuvent avoir d’autres sources. Concernant le suivi de la qualité des eaux souterraines, le marquage des eaux souterraines par l’activité du site se limite sur la période de suivi aux piézomètres situés en aval hydraulique immédiat des bassins B6 et B7. Il diminue rapidement en s’éloignant vers l’aval.

Cependant les faibles pluies pendant l’année ont tari la résurgence de Valabre et le puits privé n°2. Une interrogation subsiste en cas de forte pluviosité et le bureau d’études préconise de poursuivre le suivi sur certains points pour une période supplémentaire de 12 mois.

Le plan d’action poussières a eu un effet positif et se poursuit

De nouveaux aménagements ont été mis en œuvre en 2016 : empierrage des voies de circulation des engins, compactage, arrosage, végétalisation des zones sur lesquelles du compost a été déposé… Ainsi, les envolements de poussière n’ont pas augmenté malgré une activité plus importante sur le site. Le plan d’actions se poursuit afin d’améliorer encore les résultats, notamment par l’encroûtage des zones qui ne sont pas exploitées à court terme.

Les résidus de bauxite sont une solution de dépollution compétitive et durable

Les résidus de bauxite, associés ou non à d’autres matériaux, sont plus efficaces et moins onéreux à employer que d’autres solutions. Les conditions optimum d’utilisation de ces produits ont été clairement identifiées pour la dépollution des sols ou de déchets, le traitement d’effluents acides contaminés par des métaux et la déphosphatation de l’eau. Plusieurs gestionnaires de sites rencontrés lors du Salon Pollutec 2016, se sont montrés intéressés par les études et les expérimentations sur sites. Des accords commerciaux sont en négociation.



3 février 2017

Commission de suivi de site (2 février 2017) : Alteo confirme ses progrès dans la qualité de ses rejets et dénonce une nouvelle fois la désinformation dont son activité est l’objet et déplore les peurs infondées qui en résultent

La quatrième commission de suivi de site qui s’est déroulée le 2 février 2017 à Marseille a été l’occasion pour Alteo de présenter ses avancées relatives à la gestion des eaux et ses actions en matière de réduction continue des envolements de poussière. Ont notamment été soulignés :

  •  la réduction significative des concentrations en métaux des rejets, permise par la mise en place d’installations de traitement de l’eau innovantes (concentrations en arsenic divisées par 5 et stabilisées au niveau des seuils généraux fixés pour fin 2021 par exemple) ;
  •  le franchissement de nouvelles étapes dans la définition de la technologie de traitement complémentaire des rejets liquides, avec un objectif de mise en œuvre bien avant l’échéance de 2021 ;
  •  une campagne de suivi des rejets en mer de grande ampleur, avec les premiers résultats visuels confirmant la présence et la variété de la faune dans la fosse de Cassidaigne ;
  • les performances et les moyens mis en œuvre pour poursuivre la réduction des envolements de poussières à Gardanne et Mange Garri et le plan de surveillance complémentaire déployé en 2017.

Par ailleurs, les organismes publics spécialisés ont présenté les résultats des études réalisées au cours des derniers mois.

  • L’Anses  1 a confirmé l’absence de risque sanitaire liée à la consommation de poissons de Méditerranée, qu’ils proviennent ou non de la zone de rejet d’Alteo.
  • Le CIRE-Sud / Santé Publique France2 a, quant à lui, confirmé l’absence d’impact des résidus de bauxite sur la santé des riverains du site de stockage de Mange Garri.  

Au vu des résultats de ces études indépendantes, réalisées sous le contrôle de l’Etat et qui concluent toutes à l’absence d’impact sanitaire des rejets de l’usine tant en mer qu’à terre, Alteo dénonce une nouvelle fois les affirmations erronées, partielles et non factuelles dont elle est victime3. Trop souvent reprises sans contrôle par certains médias, elles entretiennent des peurs infondées chez les riverains et habitants de la région.  

1. Avis de l’Anses   du 25/07/2016 et complément d’avis du 28/10/2016 (Saisine n°2016-SA-0042) relatifs à l’évaluation des risques sanitaires liés à la consommation de produits de la mer pêchés en Méditerranée dans une zone impactée par les activités de transformation de minerai de bauxite de l’usine d’Alteo 

2. Etude épidémiologique réalisée auprès des riverains du site de Mange Garri en 2016, publication à venir.  

3. Le reportage diffusé dans l’édition du 19-20 sur France 3 le 2 février 2017 en est un nouvel exemple. Le CSA a d’ailleurs déclaré le 23 janvier 2017 le traitement de ce sujet par la rédaction de France 3 « non conforme à l’article 35 [L’honnêteté et le pluralisme de l’information] du cahier des charges de France Télévision » de même qu’il a adressé à Radio France des remarques pour « le manque de rigueur dans la présentation et le traitement de l’information » sur ce sujet - www.csa.fr/Espace-juridique/Decisions-du-CSA/Traitement-sur-les-televisions-et-radios-du-secteur-public-du-sujet-des-boues-rouges-de-Gardanne-intervention-aupres-de-France-Televisions-et-de-Radio-France



17 janvier 2017

Alteo partage ses recherches sur la qualité des eaux avec la communauté

JPEG - 2.2 Mo

Alteo poursuit sa démarche ouverte et constructive de partage d’informations avec les communautés qui l’entourent. A l’occasion de l’installation, en conditions réelles, de dispositifs innovants de traitement de l’eau, Alteo a reçu des élus, des personnalités associatives, des scientifiques et des médias pour partager ces avancées.

Les responsables du projet d’amélioration de la qualité de l’eau ont répondu aux questions sur les essais menés depuis juillet 2016 en partenariat avec des experts en traitements épuratoires. Deux technologies ont été testées :

JPEG - 2.4 Mo
  • La technologie de traitement de l’effluent au dioxyde de carbone, avec Air Liquide et IRH. Ce traitement permet de neutraliser la soude et de précipiter les métaux dissous pour être capable de les séparer.
  • Le traitement de l’eau au chlorure de magnésium avec Extracthive. Cette technologie, développée par la société Extracthive, consiste en un procédé « bio-inspiré » reproduisant la réaction chimique qui s’opère au contact de l’eau de mer.

JPEG - 141.4 ko

Parmi les personnalités reçues, citons François-Michel Lambert, député des Bouches-du-Rhône, Claude Jorda, conseiller départemental, Roger Méï, maire de Gardanne, des responsables de France Nature Environnement (photo), Pierre Batteau, membre du conseil scientifique du Parc national des Calanques et des chercheurs de l’Observatoire Hommes Milieux du bassin minier de Provence (photo), le professeur Henri Augier, président de l’association Union Calanques Littoral, des membres de l’association des anciens de Pechiney Ugine Kulhmann (photo), des journalistes…

Alteo poursuit sa démarche de recherche collaborative.



10 janvier 2017

Alteo, les sapeurs-pompiers et les services municipaux de Gréasque, tous réunis pour un exercice de sécurité réussi

JPEG - 256.1 ko

Dans le cadre de la surveillance de ses installations, Alteo a réalisé, en étroite collaboration avec les services du SDIS et de la municipalité de Gréasque, un exercice de sécurité en conditions réelles mercredi 7 décembre 2016.

Cet exercice a consisté à simuler une fuite sur la canalisation qui achemine les rejets liquides de l’usine de Gardanne en mer.

La mise en œuvre rapide des moyens et la bonne coordination entre les différents acteurs ont fait de cet exercice un succès collectif.

JPEG - 145.8 ko




5 décembre 2016

La Bauxaline® séduit de nombreux professionnels au Salon Pollutec

JPEG - 36.2 ko

Dans le cadre de sa participation à Pollutec la semaine du 29 novembre 2016, l’équipe Bauxaline® Technologies a présenté les nombreux avantages de la Bauxaline® en matière de dépollution.

Simple à mettre en œuvre, très efficace et économique, cette solution qui piège définitivement les métaux dissous a suscité l’intérêt d’un grand nombre de professionnels, dans toute la filière.

Fort des nombreux essais déjà réalisés en laboratoires et en conditions réelles, notre expert Laurent Poizat, a présenté de manière très concrète les performances et les potentiels de cette technologie éco-circulaire pour traiter les sols et matériaux mais aussi les effluents contaminés.

Pour en savoir plus, consultez le dossier de presse, la brochure Dépollution et n’hésitez pas à contacter les équipes Bauxaline Technologies :

bauxaline@alteo-alumina.com

JPEG - 96.3 ko


 



22 novembre 2016

Alteo présente ses innovations au salon Pollutec

JPEG - 69.7 ko

Pour la première fois, Alteo participe au salon Pollutec qui se déroulera à Lyon du 29 novembre au 2 décembre.

Alteo développe depuis de nombreuses années la valorisation des résidus de bauxite. Ce matériau a une très grande capacité à capturer définitivement les polluants métalliques.

Ainsi, Alteo, en étroite collaboration avec l’INERIS  , a développé des solutions innovantes et efficaces pour dépolluer des matériaux contaminés, des déchets ou des effluents liquides...

Nous vous invitons à notre conférence le mercredi 30 novembre à 16h45 sur le Forum Risques, qui présentera les performances de nos solutions innovantes.

Si vous souhaitez en savoir plus sur nos activités, nos équipes aurons le plaisir de vous recevoir sur le stand 4C216 (pôle Sites & Sols).

Vous pouvez dès à présent obtenir votre invitation gratuite en cliquant sur le lien ci-contre.



29 juin 2016

16 et 21 juin 2016, Alteo présente ses solutions de dépollution à l’AFA et à l’Afoco

Alteo participera à :

  • "Demain l’Aluminium", organisée par l’AFA le 16 juin à Paris,
  • la journée technique « les matériaux alternatifs, des solutions environnementales et économiques pour un avenir durable », organisée par l’AFOCO le 21 juin à Lyon.

Alteo présentera la valorisation de la Bauxaline, et en particulier&nbsp ;les avantages qu’offre la Bauxaline®, comme solution particulièrement efficace pour le traitement des sols et des eaux pollués.

La Bauxaline® et ses dérivés disposent d’une très grande capacité de capture des polluants métalliques et des phosphates, et ce pour un coût bien inférieur aux autres solutions existantes.

Testée avec succès par l’Ineris   sur des dizaines de cas, la Bauxaline® permet de :

  • stabiliser des sols pollués ou matériaux contaminés pour une gestion simplifiée et moins coûteuse,
  • extraire les polluants présents dans les effluents en ne générant qu’un résidu ultime inerte.

Pour en savoir plus, consultez nos solutions dépollution (lien ci-contre) et contactez nos équipes : bauxaline@alteo-alumina.com



2 juin 2016

Des solutions innovantes de dépollution à partir de dérivés de résidus de bauxite

Afin d’identifier les meilleurs usages, Alteo Gardanne, s’est entourée d’un groupe interdisciplinaire de scientifiques, sous l’animation de l’Ecole des Mines, au sein du programme Bauxaline® Technologies. L’utilisation de la Bauxaline® pour la dépollution des eaux, des sols pollués et des matériaux contaminés est l’une des filières les plus prometteuses.

La Bauxaline® est modifiée chimiquement et physiquement pour obtenir des dérivés ayant une très grande capacité de capture des polluants métalliques et des phosphates. ALTEO s’appuie sur des partenaires reconnus, en particulier l’Ineris  , pour préconiser des solutions dans 3 domaines :

  • le traitement d’effluents acides contaminés par des métaux,
  • la déphosphatation de l’eau,
  • la dépollution des sols ou de matériaux contaminés.

Les performances de de la Bauxaline® ont été comparées dans une série de critères à d’autres solutions dans ces trois applications. Les résultats sont présentés dans le document ci-contre.

Le réemploi de résidus est un acte nouveau. Pour le mettre en œuvre, certaines réticences ou a priori doivent être dépassés. Comme matériau de dépollution, la Bauxaline®, très performante et répondant à toutes les exigences réglementaires, présente des avantages indéniables par rapport à des matériaux conventionnels.

Propriétaires ou gestionnaires de sites pollués, la solution est devant vous. La démonstration est faite, engageons-nous sur des réalisations à grande échelle.

JPEG - 78 ko




28 janvier 2016

Réunion du consortium Bauxaline® Technologies le 11 décembre 2015 à Gardanne

Les partenaires ont fait part de leurs avancées respectives sur les filières.

Parmi ceux-ci, l’Ecole des Mines de Douai (EMD) a présenté des résultats prometteurs concernant la formulation et les essais mécaniques pour plusieurs matériaux de construction : tuiles en terre cuite, géopolymères et caractérisation des billes d’argile expansées fabriquées par IDCO.

JPEG - 2.9 Mo
Tests de formulation de géopolymères dérivés de Bauxaline®

L’EMD a également présenté une nouvelle voie de valorisation de la Bauxaline® hors périmètre du projet : les coulis auto-compactant (remplissage de cavités et de tranchées).

Pour le volet dépollution, l’EMD a mené des tests de tenue mécanique de pellets de déphosphatation ainsi que des essais de capture des phosphates.

IDCO poursuit ses essais de granulats légers.

JPEG - 1.3 Mo
Exemple de granulats légers contenant de la Bauxaline®


L’Ineris  , qui confirme les bons résultats de traitement des effluents acides et des sols contaminés, démontre désormais la durabilité des traitements. Ci-dessous : résidus miniers d’un ancien site de production de Zinc près d’Alès – à droite témoin : sol stérile – à gauche avec ajout de 10%de dérivés de Bauxaline®. 

JPEG - 1.8 Mo
Phytostabilisation 456 jours après ensemencement

NEO-ECO a présenté un projet d’unité Industrielle de traitement pour valoriser environ 270.000 t de Bauxaline® par an. 




Qui sommes-nous ?| Contact | Plan du site |
Mentions légales