Bloc 1

Face aux affirmations ‎ erronées, partielles et non factuelles dont est l’objet notre activité, nous tenons à apporter un éclairage à celles et ceux qui veulent savoir et comprendre, au-delà des polémiques. Voici les faits nous concernant, avec les sources associées (publiques et consultables 24h/24)

bloc 2

Bloc 3

NON

Alteo ne rejette plus de boues rouges en mer depuis fin 2015.

Bloc 4

OUI

Alteo a mis en œuvre des technologies innovantes et uniques au monde pour traiter les eaux résiduelles.

Plus de 99.99% du flux de métaux a été supprimé.

Bloc 5

NON

Les rejets en mer ne sont pas toxiques et ne présentent pas de risque sanitaire.

Et la qualité de ces eaux continue de s’améliorer de manière constante.

Bloc 6

OUI

le rejet d’eau est conforme aux normes les plus contraignantes.

Bloc 7

NON

les résidus solides de bauxite ne sont ni dangereux ni toxiques.

Ils ne présentent pas non plus de risque de radioactivité.

 C’est démontré par l’Ineris   et l’IRSN  

Bloc 8

OUI

Alteo a été l’une des 1ères alumineries au monde à stocker les résidus sous forme solide, les rendant ainsi 100% recyclables.

Bloc 9

NON

il n’y a pas d’envol de poussières issues de Mange Garri au moindre coup de vent.

Végétalisation, encroûtage, compostage, arrosage et surveillance réduisent les envolements.

Bloc 10

OUI

l’empoussièrement autour de Mange Garri est comparable à ce qui est mesuré ailleurs en région PACA.

C’est AtmoSud qui le constate.

Bloc 11

NON

la réutilisation des résidus n’est pas un transfert de pollution, au contraire.

Non seulement la réutilisation des résidus de bauxite n’entraîne pas de pollution mais elle apporte un réel bénéfice environnemental.

Bloc 12

OUI

les résidus de bauxite sont un matériau valorisable, particulièrement efficace pour la dépollution des eaux et des sols notamment.

La CCIMP   soutient cette démarche d’économie circulaire initiée par Alteo depuis de nombreuses années.