99% des métaux de l’effluent sont retenus par une station de traitement avant rejet en mer

Comment fonctionne la station de traitement ?


La technologie de filtre sélectionnée permet une très forte productivité grâce à des temps de cycle très court.

Le traitement permet un fort abattement des métaux présents dans l’eau


Le projet mis en œuvre par Alteo est un progrès environnemental majeur : il réduit de plus de 99.95% le rejet de matières solides et de plus de 99% le rejet de métaux. Consulter les taux d’abattement

La canalisation et la vie sous-marine : vidéos tournées par la Comex 


Sur les vidéos récemment réalisées par la COMEX, on peut constater la diversité de la faune et de la flore à forte profondeur, ainsi que la formation immédiate d’un précipité blanc d’hydrotalcite à l’exutoire 

Campagne de suivi des rejets en mer 2016-2017


Les moyens exceptionnels mobilisés par Alteo pour la campagne de suivi du rejet en mer bénéficieront aussi à la recherche océanologique. Cett campagne viendra vérifier et compléter les principales évaluations des effets du rejet d’Alteo...

Comment fonctionne la station de traitement ?

La station de traitement avant rejet en mer est composée des éléments suivants :

Un bac avant traitement

D’un volume d’environ 400 m3, ce bac a pour vocation de recevoir l’ensemble des flux à traiter. Il est muni d’une agitation afin d’assurer une parfaite homogénéité du liquide traité.

Un stockage intermédiaire de lait de chaux

Le lait de chaux est utilisé comme adjuvant de filtration. Il va permettre de créer une pellicule filtrante à l’intérieur du filtre et ainsi garantir un niveau extrêmement bas de matières en suspension dans le rejet traité.

Un filtre sous pression 

La technologie de filtre sélectionnée permet une très forte productivité grâce à des temps de cycle très court. Ce filtre est alimenté par une pompe centrifuge de débit variable, en fonction du degré d’avancement du cycle de filtration. La surface de filtration installée est de 58 m2, permettant un débit de filtration moyen supérieur à 250 m3/h pour une teneur en solide résiduelle inférieure à 35 mg/L.


JPEG - 73.4 ko


Un bac après filtration

Un bac analogue au bac avant filtration est utilisé pour recevoir l’effluent après filtration avant rejet en mer. Un échantillonneur automatique installé à la sortie de ce bac permet de surveiller en permanence la qualité des eaux rejetées en mer.

Bac de récupération du solide filtré

Sous le filtre sous pression un bac agité de volume réduit est installé pour récupérer le résidu de la filtration ; ce résidu sera acheminé via une tuyauterie dédiée vers le bac d’alimentation d’un filtre presse, ou il rejoindra le flux de résidus lavés en provenance du dernier étage de lavage des résidus.

Le traitement permet un fort abattement des métaux présents dans l’eau

Le traitement retenu réduit de manière drastique les concentrations en comparaison avec les rejets historiques de « boues rouges ».

Depuis le 1er janvier 2016, il n’y a plus aucun rejet de « boues rouges » et la qualité de l’eau s’améliore depuis le 2e semestre 2016.

Ceci confirme les performances de la station de traitement des eaux construite en 2015.

Cette technique va au-delà de la Meilleure Technologie Disponible pour ce qui concerne l’élimination des matières en suspension (source BRGM  ), grâce à un dispositif de filtration intense des eaux excédentaires avec des bacs de décantation et un filtre sous pression.


Rejet d’eau actuel*

Autorisation d’exploiter*

Taux abattement par rapport au rejet de « boues rouges »

MES

34

35

99.97 %

Fer

0.025

13

99.99 %

Aluminium

407

1226

96.01 %

Titane

0.01

3.8

 99.99 %

Chrome total

0.047

0.3

99.99%

Vanadium

1.8

11

99.05 %

Plomb

0.05

0.01

 99.95 %

Arsenic

0.34

1.7

94.85%

Mercure

< 0.0005

0.0005

 99.97 %


Suivi des rejets – période du 1er juillet au 31 décembre 2016

GIF - 16.1 ko

Plusieurs contrôles inopinés de la qualité de l’eau ont été menés par la DREAL PACA   de septembre à décembre 2016.

Les émissions d’arsenic respectent la Valeur Limite des Emissions (VLE) fixée pour 2022

GIF - 7.3 ko

Les émissions d’aluminium ont très fortement baissé

GIF - 8.1 ko

Elles respectent la Valeur Limite des Emissions (VLE) fixée dans l’Arrêté préfectoral de 2015. Les efforts se poursuivent pour atteindre les VLE fixées pour 2022.

La canalisation et la vie sous-marine : vidéos tournées par la Comex 

Alteo a présenté le 11 mai 2016 au Comité de surveillance et d’information sur les rejets en mer (CSIRM  ) son programme de surveillance des effluents liquides en mer pour les années 2016 et 2017. 

Alteo poursuit activement son programme de recherche pour aller encore plus loin dans le traitement de ces eaux résiduelles.

Sur les vidéos récemment réalisées par la COMEX, on peut constater la diversité de la faune et de la flore à forte profondeur, ainsi que la formation immédiate d’un précipité blanc d’hydrotalcites à l’exutoire situé à plus de 7 km des côtes et 317 m de profondeur. Cette précipitation piège les métaux dissous qui ainsi ne sont pas assimilables par la faune et la flore.

Le long de la canalisation, à 120 m de profondeur

A l’embouchure de la canalisation, à 317 m de profondeur

Campagne de suivi des rejets en mer 2016-2017

Les moyens exceptionnels mobilisés par Alteo pour la campagne de suivi du rejet en mer bénéficieront aussi à la recherche océanologique

Les objectifs :

  • Répondre aux interrogations sur l’impact écologique et sanitaire du rejet liquide d’Alteo
  • Poursuivre l’acquisition des connaissances accumulées depuis 25 ans sur le comportement des sédiments déposés.

Les objectifs spécifiques de la campagne 2016 - 2017 : constituer un état de référence du milieu marin pour les futures campagnes de suivi.

Les acteurs clés mobilisés :

Le préfet des Bouches-du-Rhône, le comité de surveillance et d’information sur les rejets en mer (CSIRM  ), le parc national des Calanques, Alteo

  • Le préfet a défini les objectifs de la campagne dans un arrêté préfectoral : surveiller les effets du rejet sur le milieu marin ; comparer les effets mesurés en mer et les effets évalués dans le dossier de demande d’autorisation d’exploiter (DDAE  )
  • Le CSIRM  , l’instance scientifique et technique de référence, créée dans le cadre de l’arrêté préfectoral du 28 décembre 2015, propose des études, valide les protocoles de la campagne en mer et assure la transparence de l’information
  • Le parc national des Calanques accompagne le CSIRM   dans sa mission de suivi

Alteo, assisté par un cabinet spécialisé en environnement, s’entoure des meilleurs experts et mobilise des moyens financiers exceptionnels (1,5 million d’euros), pour des résultats qui enrichiront aussi les connaissances de la communauté scientifique.

Une campagne de suivi du rejet en mer d’une ampleur rarement égalée en France

Pour être pertinentes, ces études sont réalisées avec une méthodologie scientifique rigoureuse, impliquant des protocoles, des procédés d’investigation et des modèles d’exploitation des données innovants.

Les connaissances acquises par cette campagne d’Alteo vont enrichir les bases de données de la communauté scientifique sur la qualité des eaux, l’état des espèces et des fonds sous-marins, la richesse patrimoniale du Canyon de Cassidaigne…

Outre un engagement financier exceptionnel, Alteo s’est entouré des meilleurs spécialistes pour les prélèvements, les expertises et les analyses


Coordination technique et scientifique CREOCEAN

Moyens maritimes

COMEX

IXSURVEY

PECHEURS PROFESSIONNELS

Experts

ACTIMAR

PROTEE (Université de Toulon)

MIO (Aix-Marseille Université)

GIS POSIDONIE

FORAM

BIOTOX


Une campagne en mer qui viendra vérifier et compléter les principales évaluations des effets du rejet d’Alteo

  • La recolonisation progressive du milieu marin
  • Des effets limités à la proximité immédiate de l’émissaire de la canalisation d’Alteo (quelques dizaines de mètres)
  • Un rejet ne présentant pas de risque sanitaire

Grâce aux moyens techniques et financiers d’envergure déployés par Alteo et à la mobilisation de l’ensemble des acteurs comme le parc national des Calanques, le comité de surveillance et d’information sur les rejets en mer, les services de l’Etat et la communauté scientifique, ces travaux collaboratifs contribuent activement à la connaissance de la Méditerranée.


Tous les domaines sont scrutés pour mesurer les effets du rejet sur le milieu marin

JPEG - 237.7 ko

* A la sortie de la canalisation, un précipité se forme au contact du rejet liquide avec l’eau de mer

Zone concernée par les études 

JPEG - 168.6 ko

Zoom Tête de Canyon de la Cassidaigne

JPEG - 270.9 ko

* A la sortie de la canalisation, un précipité se forme au contact du rejet liquide avec l’eau de mer

Alteo - Campagne en mer 2016 - Images sous-marines COMEX


Qui sommes-nous ?| Contact | Plan du site |
Mentions légales